6/07/2017

Au cas où

En courant, à chaque fois, je finis par passer devant ce petit sentier, aux parfums persistants de genêts en fleurs. Au loin avant le premier virage, je peux apercevoir le fil électrique d'une clôture pour chevaux, et puis l'obscurité fraîche d'une de ces granges sans porte qui servent de berceaux aux loirs aux serpents et aux chauves-souris. Peut-être ensuite trouverai-je une cascade pleine de vouivres nues prêtent à m'ensorceller. Ou peut-être un de ces vergers débordant de coquelicots et d'abeilles enivrées. Ou peut être une décharge à ciel ouvert qui sait. Je n'irai jamais vérifier. Il faut toujours se garder un sentier en réserve. Quelques peut-être de secours ...

Aucun commentaire: