1/17/2017

au petit bois mort

Dans la nuit toute noire
dans le froid tout cru
j'allume le grand feu
au petit bois mort 
de nos vieilles tendresses
 nos silences usés
nos sourires perdus
jusqu'à ton retour
je souffle dessus

1/14/2017

Il vise le ciel et tire - Miles Davis

Miles Davis à 9 ans

Enfant à Saint Louis
un blanc le course dans la rue
en hurlant “Négre ! Négre !”
effrayé il s’enfuit
et puis plus tard
Un soir de 59
tabassage en règle
par un flic qui ne veut pas le laisser entrer
dans la boîte où il joue
“Négre ! Négre !“ ne pliera plus l’échine


La trompette
jamais horizontale
toujours vers le haut
ou vers le bas

1/12/2017

Parution - Lettre ouverte au cours naturel des choses - éd Le Réalgar - Janvier 2017

Joyeusement invité par Daniel l'orpailleur des éditions Le Réalgar et joliment entouré pour cette collection d'une tripotée d'auteurs tous plus tripotables les uns que les autres, je me suis prêté à l'exercice défoulatoire de la lettre ouverte. Tout beau tout chaud. V'là le machin qui fait du bien !




Auteur : Thomas Vinau
Date d’édition : Janvier 2017
Format : 10,5 x 21 cm
pages 24 pages
ISBN : 979-10-91365-40-6
PRIX : 4,50 EUROS
Commander Ici

 
 (Pour 25€ et plus d’achat de livres, les frais de port vous seront remboursés à réception de votre commande. Profitez-en !)

1/10/2017

L'encre et la javel

Je crois que mon bébé
vient de refiler sa gastro 
à mon chien
Il pleut toujours 
il n'y a plus de gaz
et il me reste 
un bon quart d'heure 
pour écrire un poème
 désinfectant
dans le grand livre de la vie

1/07/2017

Trois considérables considérations sur la poésie




1.

A chaque fois qu'un élève
se fait punir
parce qu'il récite mal
Le cancre de Prévert
la poésie est condamnée
à une épilation à sec
des parties intimes 


2.

J'hésite entre
terminer la construction
des legos Age de Glace
avant que mon fils
ne rentre de l'école
ou m'asseoir à mon bureau
entre l'ordi et la fenêtre
pour tenter d'écrire quelque chose
le choix est vite fait
c'est pourquoi
pour le bien de la poésie
ce poème s'arrête là


3.

Les entomologistes de la beauté
en se grattant trop le nez
y déposent un peu 
de la poudre qu'ils volent
aux ailes abimées des papillons
dans ce troisième poème
le seul vers qui tienne
est le deuxième



1/06/2017

Cher Peuple - Charles Vildrac

"Ô cher peuple, entends ces bavards:
Ils t'ont depuis peu découvert
A la lueur de l'incendie
Et te décernent un amour
Et une grandeur mesurés
A la longeur de ton martyre.

 Ce n'est pas t'admirer que je puis, douloureux frère;
Ma voix n'est pas la voix qui chantera tes plaies,
Tes râles, ton supplice, et ce charnier honteux.

J'ai pitié des troupeaux arrachés aux prairies
Qui entrent dans la ville, harcelés par les chiens,
Les yeux hagards de peur, de faim et de fatigue
Et se bousculent vers la mort ;
Mais je ne saurais pas les accoutrer de gloire.

Frère, hélas! je n'avais pas besoin pour t'aimer
De te voir étendu saignant et mutilé.

Je n'ai pas eu besoin d'attendre que tu sois
Un pauvre mort jeté la face dans la boue
Pour te louer, mon frère, et me louer de toi."

Cher Peuple - Charles Vildrac
Chant du Désespéré ( 1914-1920)

1/05/2017

Le matin est un jardin public

 

Les crottes sèchent et les plaies brillent. Le vent pousse, pique, bouscule, décoiffe, déshabille, enmêle, provoque tout. Si ce n'est la lumière impavide et sereine, qui règne et qui réchauffe, qui console doucement ceux qui tombent, qui laisse faire, bienveillante,  la tendresse sauvage du garnement.

Brigitte Fontaine & Areski - Diabolo

1/04/2017

1/03/2017

Lucio Bukowski & Milka - Si Chopin avait eu une MPC, Baudelaire aurait r...

Le matin te mange dans la main

Il y a sur le dernier mur d'une maison qui disparait sous les assauts d'une tractopelle, le tableau des tapisseries, des peintures, des rambardes, des tuyaux, d'une vie d'avant. Il y a le long du trottoir, les carottes en filtre de clope du petit poucet fumeur de joints. Il y a l'herbe gominée par le givre, une crotte de chien au sommet d'une borne, l'agent municipal qui joue à la mitraillette avec sa souffleuse, les bouches rouges des lycéennes, et cette petite dame bien apprêtée qui péte en marchant. Il y a le coq seul dans son champ, un gant d'enfant durci de gel, le gars qui gratte son pare-brise, toutes les vitrines closes, la musique de la vieille fontaine. Il y a pour chaque rue et la plupart du temps, un côté encore à l'ombre un autre déjà au soleil, je change de temps en temps.

Mécanica n°7 - Parution revue - Janvier 2017





Mécanica n°7 est là et il est beau comme un camion d'encre.


Mené de mains d'artiste par Céline Thoué. Avec les bois gravés de Jean-Michel Uyttersprot, Cécile Rescan, Roby Comblain (ainsi qu'une lino), les linogravures de Sandra Baud, et le texte  de Thomas Vinau
 Tous ont réagi autour du "thème" HORS-CHAMPS"
 la revue est tirée en 70 exemplaires.
Les numéros 1, 2, 3, 4, 5 sont épuisés. les 6 et 7 sont à 15 euros.
Le prochain numéro 8 sera à 20 euros.
réservation à faire en amont sur contactmecanica@free.fr
Votre commande vous parviendra après règlement à :
Céline Thoué / les zachères / 69790 Propières. (par chèque ou virement bancaire)


1/02/2017

Cela aurait il quelque chose à voir avec l'éternité ?

Des enfants naissent
et le monde s'écroule

ça fait 5000 ans
que des enfants naissent
et que le monde s'écroule

Des enfants continuent de naître
et le monde continue de s'écrouler

1/01/2017

Rescapés

 

"Tout semble dur et vide. Ciel gris d'avant le jour. Terre froide. Herbe gelée. L'air est immobile. Nu. Dépeuplé. Hier soir, raclette et pommes au four, juste à nous quatre. Quelques verres de vin blanc. Une série et au lit. Emilie s'est endormie sur le canapé. J'ai mis du temps à trouver le sommeil. Après les feux d'artifices, qui m'ont semblé du fond du noir chaud de mon lit, un peu plus artificiels encore. Il y a toujours quelque chose à fêter. Nous c'était la paix et le repos. Le retrait, le repli. Les petites loupiottes sincères dans nos ventres. L'année passée s'est écaillée sur la douleur du monde. La terre continue de brûlée. D'ici on ne voit rien. Nous sommes tous des rescapés. De notre trop grande indifférence ou de notre trop grande empathie. La vie continue de souffrir, de mentir, de surprendre, de cabrer. Je vous souhaite de veiller, de rester éveillés, de trouver le sommeil. De tenir coeur, tête, mains, pieds à juste distance. Je vais aller courir maintenant. Sous les cris épars et givrés des oiseaux qui se moquent de nous. Tout le monde dort encore. Reposez vous. Tenez.

 

12/30/2016

"Ma journée est faite !"

Le bleu de l'hiver marche sur un tapis de cris d'oiseaux. Le bébé dort. Hier j'ai planté un olivier avec son frêre. Nous avions de la terre bien grasse et bien soyeuse sur les mains et les pieds. Comme du chocolat tout autour de la bouche. Je n'ai presque rien à écrire. Le chien est vieux. La lumière douce. Je me tairai bientôt peut être. J'irai finir ce livre, de Delteil dans lequel il écrit " Entre nous j'ai ma théorie sur Rimbaud, une théorie toute paysanne : il est parti après le travail tout simplement _ après fortune faite (fortune de poésie). "Ma journée est faite !" Aprés La saison en enfer, la saison au Harrar, rien de plus." Pour écrire il faut avoir quelque chose à murmurer. Un secret, une chanson, une insulte, une prière. Je n'ai presque rien à écrire. C'est un jour à boire encore et encore du café. A promener sa vieille peur domestique en laisse. A tenter une musique maladroite, fragile, sur un piano déréglé. A dire à sa femme qu'on l'aime. A boire à son sexe et à son sourire.  A lui redire. J'aimerai être archéologue. Ou jardinier. Ou menuisier. Savoir sans les mots. J'ai besoin de temps. De silence. Les oiseaux viennent de partir. 

12/29/2016

Joseph Delteil

Joseph Delteil et son copain Henry Miller



“Je respecte les idiots, les ânes, les vierges, les fous, les bergères, l'innocent du village, les enfants de Marie. J’aime les grands escogriffes, les petites midinettes, les vieux curés, les épiscopes, les bûcherons, en vrac. Chaque homme est mon ami, chaque femme ma bien aimée - jusqu' au sophisme, ô sophia ! Je suis chrétien, voyez mes ailes, je suis païen, voyez mon cul .”
JOSEPH DELTEIL , LA DELTHEILLERIE

12/27/2016

Common - Red Wine (Audio) ft. Syd, Elena

Bête de mauvaise vie

Prévert c'est une loutre
Guillevic un gros minou
André Laude un vieux braque
Pirotte un hérisson
Emaz une petite souris
Bâsho une tortue
Baudelaire un moineau gris
Rimbaud un renardeau
Emilie Dickinson  une rainette des marais
Maiakowski un bélier
Un ours pour le Big Jim
Bukowski rat d'égout
Brautigan un héron
De Luca une buse
Perros cheval de trait
Réverdy chauve-souris
Apollinaire un beau blaireau
Lorca un léopard
et Pavese une grive
Regardez par vous même
ça marche à tous les coups
il semble indubitable
qu'une bête
de mauvaise vie
se voit irrémédiablement
condamnée
à se réincarner
en poète

12/26/2016

"Tremble quel joli nom pour un arbre" Jules Renard



Il faudrait faire
ET trembler

ne pas s'écouter faire
ne pas s'écouter trembler

garder la belle vanité
du doute

faire
de son tremblement
une danse

 trembler
comme un arbre



( en réponse à un poème d'Ezra Pound sur le blog de Fred Houdaer)

12/24/2016

La Terre Chaude - Les Venterniers / La Nuit Myrtide



ça c'est spécialement pour ma mamie. Un immense merci aux éditions Les venterniers et aux éditions Nuits Myrtide pour leurs doigts de fée et leurs coeurs en or.


La douceur abimée de ses mains
est la terre chaude
d'où je viens

12/23/2016

Des idées cadeaux

Offrez 76 clochards célestes ou presque à votre belle mère:

Le Castor Astral  bien sûr !


 Offrez Ferme ta gueule s'il te plait je suis en train de t'écrire un beau poème d'amour à votre amante :















Ou Le Repos des épines à votre amant









  







 Les Venterniers bien sûr !


Offrez La somme vue par quatre talentueux artistes peintres à votre contôleur judiciaire :




















 A_Over  bien sûr !

bref faîtes un effort quoi ...

Allain Leprest - Arrose les fleurs

12/22/2016

Toque d'or

Les carottes un peu molles
les poireaux un peu vieux
le jour un peu usé
les rides sous nos yeux
un désert de miettes
perpétue sa conquête
sur la table en bataille
L'ampoule qui crachote
et le bébé qui tousse
la terre sur le palier
le chien sur le canapé
ton sourire fatigué
la brioche a durci
et les plantes ont gelé
les mouchoirs sales
forment un Mont Blanc
dans la poubelle
même la peine 
te rend belle
l'amour est un bon
 cuisinier
et tous les bons cuistos
font des merveilles
avec les restes